Le nouveau membre de l’équipe de BioNB voit des possibilités d’exportation pour les entreprises du Nouveau-Brunswick

Voici Joey Volpé, le nouvel agent de développement des affaires internationales de BioNB Jenny Keleher le 20 février 2017

 

Rencontrez Joey Volpe: le plus récent membre de l’équipe de BioNB, un ancien travailleur de navire cargo, et détenteur d’au moins 3 diplômes universitaires spécialisés. Sa nature chaleureuse et sa connexion avec la communauté francophone du Nord du Nouveau-Brunswick ont ​​contribué à l’expansion de ce que nous connaissons au sujet du secteur de la bioscience dans la province.

 

À quoi ressemble une journée typique en tant qu’Agent de développement des affaires internationales (ADAI) chez BioNB?

 

Une journée typique est consacrée à rencontrer des entreprises pour comprendre leurs besoins et leurs objectifs afin de leur fournir les outils et l’information dont ils ont besoin pour développer les marchés d’exportation. Parfois, je peux aider les entreprises en les mettant en contact avec la bonne personne, et d’autres fois, j’ai besoin de faire plus de recherche afin de les aider à trouver l’information dont ils ont besoin.

 

Chez BioNB notre équipe travaille fort pour communiquer des informations et des opportunités d’exportation dans le secteur des bioscienses. Nous développons également des outils de formation simples et efficaces pour aider les entreprises à conquérir de nouveaux marchés. Ce qui se passe pendant une journée typique varie beaucoup, mais nous essayons de nous concentrer autant que possible sur la compréhension des besoins des entreprises dans la sphère des biosciences et de consacrer notre temps à les supporter.

 

Quelles compétences apportez-vous au rôle?

 

J’ai une expérience diversifiée dans le développement des affaires et l’innovation. J’ai travaillé dans le secteur privé et public ainsi que dans le milieu universitaire. Étant moi-même propriétaire d’entreprise, j’ai une mentalité très pratique et axée sur les résultats. Je détiens un baccalauréat en relations industrielles ainsi qu’un baccalauréat en droit et une maîtrise en études de l’environnement. J’ai également suivi des cours et je possède des certifications en ventes et marketing.

 

En ce qui concerne mon rôle d’ADAI, je pense que l’une des choses les plus importantes que j’apporte à la table est mon expérience en recherche et mon focus sur l’obtention de résultats concrets et mesurables. Je peux aider les entreprises à trier de grandes quantités d’informations rapidement afin de les aider à identifier l’essentiel. J’ai aussi de solides connaissances en matière de financement et de programmes auxquels les entreprises peuvent avoir accès pour faire croître leur entreprise.

 

Cela étant dit, je suis toujours très humble par rapport à ce que j’apporte à la table. Les entrepreneurs sont des gens très intelligents et passionnés. Ce sont eux qui connaissent le mieux leurs entreprises et les solutions requises. Mon rôle est de les aider et les supporter.

 

 

Que pensez-vous que les Néo-Brunswickois seraient surpris d’apprendre au sujet des entreprises que vous rencontrez au jour le jour?

 

Les Néo-Brunswickois seraient surpris d’apprendre le nombre de petites entreprises qui opèrent sur la scène mondiale. Nous pensons souvent à la mondialisation comme un concept abstrait qui ne s’applique qu’aux grandes multinationales. Toutefois, les petites entreprises de notre province sont de plus en plus axées sur les exportations. Le fait que le marché provincial est si petit pousse nos entreprises à chercher des opportunités ailleurs. Certaines de nos petites entreprises ont une expertise d’exportation impressionnante à l’intérieur de marchés niches.

 

Je pense que les gens seraient aussi surpris de connaître toute l’innovation qui se produit dans la province. Chaque semaine, je suis étonné du nombre de grandes idées qui viennent de notre petite province. Chez BioNB, nous visons à soutenir les entreprises qui ont de nouvelles idées, procédés et produits. Notre équipe croit fermement que le succès économique futur de la province en dépend.

 

Selon vous, quel est le plus grand défi auquel les entreprises du Nouveau-Brunswick cherchent à exporter?

 

La paperasse qui s’applique à l’exportation de produits vers un autre pays est une préoccupation majeure pour les entreprises – en particulier les petites entreprises et les start-ups. Naviguer dans le labyrinthe des exigences légales et normatives est un drain de ressource important lorsqu’on développe un nouveau marché.  De plus, il peut aussi être difficile de trouver l’expertise nécessaire pour développer certains marchés internationaux. Cela est particulièrement vrai dans le secteur des biosciences, qui contient de nombreux sous-secteurs complexe et fortement réglementés.

 

La langue et la culture constituent également d’importantes barrières d’entrée dans certains marchés.

 

À votre avis, quelle est la plus grande opportunité pour les entreprises du Nouveau-Brunswick qui souhaitent exporter?

 

Il existe actuellement de nombreuses opportunités d’exportations pour les entreprises de la province. Je crois que les petites entreprises du Nouveau-Brunswick sous-estiment parfois notre potentiel en ce qui concerne l’exportation de produits et de technologies à valeur ajoutée vers des marchés de niches. En tant que province, nous devons certainement continuer d’exporter nos produits bruts comme le bois d’œuvre, le papier, les produits pétroliers, etc. Cependant les opportunités futures résident dans la valeur ajoutée et le développement de technologies autour de nos secteurs traditionnels: produits d’érable à valeur ajoutée, extraits de bleuets, l’agriculture, la biotechnologie et la transformation de la biomasse pour n’en citer que quelques-uns.

Il y a aussi de nouveaux marchés émergents tels que l’’Europe avec lesquels le Canada a récemment signé un important accord commercial. L’Asie est également un marché intéressant, mais un peu plus compliqué. Il existe de nombreuses possibilités d’exportation pour les petites entreprises, mais elles ne devraient pas être poursuivies aveuglément. Le développement de nouveaux marchés peut s’avérer coûteux et consommer beaucoup de temps et d’énergies, il faut donc s’assurer de bien quantifier l’opportunité et mesurer le risque avant de prendre une décision d’aller de l’avant. Notre équipe peut certainement aider les entreprises avec ce type de travail.

 

 

 

Avant de travailler chez BioNB, quel était le travail le plus intéressant ou le plus inhabituel que vous avez fait?

 

Ce serait probablement mon travail en tant que matelot sur un navire cargo qui voyageait en Amérique du Nord, dans les Caraïbes et en Amérique du Sud. Lorsque l’occasion s’est présentée, je venais de terminer mes études universitaires et je travaillais en ressources humaines pour une grande entreprise multinationale. Je n’ai pas hésité à partir à l’aventure, à la grande surprise de la majorité de mes amis qui étaient désireux de bâtir une carrière. Ce qui est le plus drôle, c’est que ce sont mes parents qui m’ont souligné l’opportunité et m’ont encouragé à aller de l’avant. En rétrospective, je pense qu’ils savaient que de bâtir du caractère était beaucoup plus important que la planification d’une carrière.

 

C’était un travail ardu et de longues heures sous le soleil chaud suivi d’un temps glacial sur la baie de Fundy, mais voir une bonne partie du monde de cette perspective a été une expérience incroyable. Nous avions toujours entre cinq et dix nationalités sur le navire et des arrêts dans plus de 15 pays. J’ai appris beaucoup de choses très rapidement. Travailler sur un navire et accoster dans les villes industrielles donne une expérience très différente que d’aller au Venezuela pour boire des margarita dans une station balnéaire exclusive. Les gens avec qui j’ai travaillé sur le navire ont été extrêmement gentils avec moi même si nous pouvions à peine communiquer au début… sans mentionner le fait que je n’avais jamais été sur un navire. J’ai appris à travailler avec des gens de nombreuses nationalités, cultures et horizons. J’ai aussi appris à être patient et à soutenir les jeunes qui commencent dans de nouveaux métiers.

 

Qu’est-ce que vous aimez le plus pour travailler comme agent de développement des affaires internationales pour BioNB?

 

J’aime beaucoup travailler avec les entreprises et faire tout ce que je peux pour les soutenir. Les entrepreneurs sont vraiment les héros méconnus de notre temps. Les petites et moyennes entreprises sont la pierre angulaire de notre économie, mais la vie d’entrepreneur est loin d’être facile. Les entrepreneurs doivent constamment faire face à de nouveaux défis. Je suis toujours très impressionné par les gens fascinants et persévérants qui composent le monde des affaires de notre province, Je suis simplement, et très humblement, heureux d’y jouer un rôle, aussi minime soit-il. Si je peux aider une entreprise à croître ou à développer un nouveau marché, j’ai le sentiment du devoir accompli.

 

Nous avons souvent tendance à confondre les grandes multinationales et les petites entreprises. Les petites entreprises sont plus souvent qu’autrement des amis ou des familles qui essaient de développer des opportunités pour eux-mêmes et leurs communautés. Cette réalité est bien loin de Wall Street et beaucoup plus encrée dans nos communautés. Nous devons amener nos jeunes à réaliser que de construire et posséder une entreprise est une vocation très honorable qui a également des implications sociales importantes. Sans nos PME, nous ne pourrions pas nous permettre nos hôpitaux et nos écoles. Être un entrepreneur socialement responsable est une excellente façon de vivre une vie remplie de passion, de défis et d’un sens du devoir accompli; non seulement envers soi-même, mais surtout envers la collectivité. Mon rôle au sein de l’équipe de BioNB me permet de travailler de près avec plusieurs PME de notre belle petite province et cela m’apporte beaucoup de plaisir et de fierté.

 

Are you a business with products, services, or technologies in value-added food, natural resource transformation, biotechnology, clean technologies, healthcare technologies, or related IT platforms? BioNB wants to hear from you!

 

Introduce yourself or visit our website.

 

Joey Volpe

International Business Development Officer

BioNB

jvolpe@bionb.org

506-253-1030

Mots clés