All posts by admin

Un nouveau programme de subvention salariale à l’intention du milieu universitaire créera 1000 emplois étudiants dans les entreprises de biotechnologie canadiennes

admin le 28 août 2017

OTTAWA, le 28 août 2017 – BioTalent Canada a annoncé aujourd’hui le lancement d’une nouvelle initiative visant à accroître l’employabilité des étudiants de niveau postsecondaire en sciences, en technologie, en génie, en mathématiques et en administration des affaires de tout le Canada.

Le Programme d’apprentissage intégré en milieu de travail pour étudiants, financé par le gouvernement fédéral, fournira 6 millions de dollars en subventions salariales sur une période de quatre ans en vue de créer 1000 postes de stagiaires pour les étudiants souhaitant acquérir une expérience de travail auprès des entreprises de biotechnologie canadiennes. Outre les subventions salariales, le programme comprendra également un volet par lequel des améliorations seront apportées aux programmes d’études dans le but d’harmoniser les programmes de biotechnologie des établissements postsecondaires avec les besoins des employeurs du secteur de la bioéconomie au Canada.

Cette initiative est financée en partie par le gouvernement du Canada dans le cadre du Programme d’apprentissage intégré en milieu de travail pour étudiants.

Au Canada, les diplômés en sciences ont souvent de la difficulté à se trouver un emploi intéressant dans leur domaine de prédilection. Selon Statistique Canada, le taux de chômage des jeunes diplômés universitaires en sciences, en technologie, en génie et en mathématiques de partout au Canada s’élève à 17 %. À l’inverse, 53 % des entreprises de biotechnologie du Canada déclarent être confrontées à une pénurie de main-d’œuvre qualifiée, selon une étude de BioTalent Canada sur le marché du travail intitulée Séquençage des données.

BioTalent Canada, une association nationale sans but lucratif en ressources humaines au service de la bioéconomie canadienne, travaille depuis longtemps à surmonter ces obstacles en coordonnant la mise en œuvre de programmes fédéraux de subvention salariale, lesquels aident les nouveaux candidats à dénicher un emploi en biotechnologie et les employeurs à réduire leurs coûts de recrutement.

Depuis 2013, BioTalent Canada a injecté plus de 6,8 millions de dollars dans la bioéconomie canadienne tout en aidant 168 entreprises de biotechnologie à recruter plus de 550 jeunes diplômés par l’entremise de programmes financés par le gouvernement fédéral.

« Les entreprises de biotechnologie de taille plus modeste hésitent souvent à investir dans la formation des étudiants n’ayant aucune expérience de travail », affirme Rob Henderson, président et directeur général de BioTalent Canada. « Le fait de donner aux étudiants l’occasion d’acquérir une expérience concrète pendant qu’ils terminent leurs études renforcera le secteur canadien de la bioéconomie en comblant l’écart qui existe entre l’industrie et le milieu universitaire. »

L’objectif du Programme d’apprentissage intégré en milieu de travail pour étudiants est d’accroître l’employabilité des étudiants tout au long de leurs études, leur permettant ainsi de mieux s’intégrer au secteur canadien de la biotechnologie et de trouver un emploi intéressant après l’obtention de leur diplôme.

Les employeurs qui souhaitent obtenir des subventions salariales par l’entremise du programme sont invités à communiquer avec BioTalent Canada au 1-866-243-2472 ou à consulter le site à l’adresse biotalent.ca/FondsCo-op.

À propos de BioTalent Canada

BioTalent Canada est le partenaire de la bioéconomie canadienne en matière de ressources humaines. Cet organisme national sans but lucratif spécialisé dans les ressources humaines a pour mission d’établir des partenariats et de contribuer au développement des compétences nécessaires à la bioéconomie canadienne pour permettre à l’industrie de trouver la main-d’oeuvre qualifiée dont elle a besoin. Grâce à ses projets, à ses recherches et à ses produits, BioTalent Canada met en relation les employeurs et les demandeurs d’emploi, élabore des rapports en matière de ressources humaines et propose des outils de développement des compétences en vue de dynamiser le secteur de la biotechnologie canadienne. Pour obtenir de plus amples renseignements sur cet organisme, consultez le site biotalent.ca.

Mots clés

Counting crabs and measuring climate change (via the Telegraph-Journal)

In the Lab, by Martin Wightman admin le 16 novembre 2015

Ce contenu est seulement disponible en anglais.

View the video by subscribing to the Telegraph-Journal online. Subscribe to the e-edition and gain access to all past and current publications. 

Dr. Gerhard Pohle is quick to clarify that a spikecovered blowfish on his shelf isn’t native to these waters. He brings out a stone crab for a more New Brunswick appropriate photo-op. And he should know.

Pohle has been counting crustaceans and curating the invertebrates collection at the Atlantic Reference Centre in Saint Andrews since 1984. The centre is a research museum that houses specimens of marine life found everywhere from the Arctic to the Gulf of Maine.

“It all boils down to what species live in the water. That’s our bread and butter,” says Pohle, now the centre’s director.“But we’re using this basic tool to try and understand the bigger picture, what’s going on in the world.”

The reference centre is a partnership between the not-for-profit Huntsman Marine Science Centre and the federal Fisheries and Oceans department, and Pohle has been there since its inception. There is indeed a large library of jars full of preserved fish and crabs of all sorts, but Pohle also works on applied projects that use the tools of biodiversity research to answer bigger questions. The centre’s core task of taxonomy has expanded, and the centre now has partnerships with industry and public bodies alike.

“The spectrum can be anything from somebody coming from the public and saying ‘I found this on the beach, what is it?’ – we do that – to more elaborate things like this where we have a rigorous sampling program and we identify everything that is brought to us.” One of the “more elaborate things” Pohle refers to is a set of long-term studies into the effects of aquaculture.

“In the 1990s, I was involved in a study, probably the first of its kind in the area, looking at regional impacts, far-field impacts, of aquaculture. As you know, that is a very large industry in this area. This was a pioneering study, because not only did it look at farfield effects – so, not what happens at a cage, but away from the cage – but also documented that there were some effects from aquaculture in the far field.”

“That’s a while ago, and basically what we are doing now, in cooperation with the government, and industry, we’re doing a followup, repeating the work. It’s looking at the species, the community structure of things that live in that area, and trying to understand what changes are taking place over time in these areas of aquaculture versus a reference site, where there is no aquaculture.”

Aquaculture itself has changed over the past 20 years, and a new iteration of the same study can help quantify how those changes affect sea life. The final year of data collection has just been completed.

Pohle has also worked on projects to get an inventory of marine life in the arctic and see how it’s shifted in recent years – data that’s vital to understanding the effects of climate change. And he’s been part of assessments of planned marine protected areas in the Atlantic region.

The variety of the job is a selling point for Pohle, whose academic background was very specific.

“I did my PhD work at the University of Toronto on parasitic crabs, which is a rather esoteric subject.

“But to this day, that’s probably what I’m quite well-known for.”

It was during his time in Toronto, where he completed both a B.Sc. and a PhD, that Pohle encountered the Huntsman.

“Coming from a place like Toronto – and there are many other landlocked universities – it was such an eyeopener when you came here to Huntsman, because it wasn’t the standard lecture course that you would take at a university. First, you get the field experience, but you also get to work in very close quarters over very short periods of time, and very intensely. If that doesn’t interest you, then obviously this is not your career choice.”

Having reliable data on the biodiversity in our oceans can provide an early warning to the effects of climate change or risks to species before they’re on the brink, Pohle says. Has there been a shift in the numbers of suspension feeders versus bottom feeders, for example?

The small shifts in community structure are harder to read, but essential to understanding environmental changes as they’re occurring, rather than after the fact.

But sometimes the revelation is more obvious: the presence of a new species in Canada, such as crab found by Brent Wilson, a University of New Brunswick graduate student doing work at the reference centre. It was, Pohle says,“a very very unusual crab.”

“And I should be knowing my crabs. Turns out this was a crab that was originally described in Barbados, the Caribbean. In deep waters, mind you, but still, has never been found here, so this is the first record of such a crab in Canadian waters, so this is something that will get published soon. Another one would be that we have found European shrimp species in the Gulf.”

Even in taxonomy, nothing stays the same. Pohle likes it that way.

“I guess the part that I like is that I feel I am contributing to the bigger picture of understanding what’s happening in the world – rather than simply fulfilling a service.”

Martin Wightman wightman.martin@brunswicknews.com Science and research columnist, and copy editor at Brunswick News. In the Lab appears every other week in Innovate.

Mots clés

UNB Energy Research Connector

November 25th, 2015 admin le 16 novembre 2015

Ce contenu est seulement disponible en anglais.

Click here to view the event page. Are you a company interested in meeting researchers that can solve your R&D challenges? Are you a researcher interested in meeting companies looking for new collaborations? Please join the University of New Brunswick’s Office of Research Services for the Energy Research Connector on November 25th, 2015 at 1:00PM. This networking event is designed to introduce companies to the appropriate research expertise and funding systems. Topics of interest: * Renewable Energy (Hydroelectric, Wind, Solar) * Electrical Power * Nuclear Power * Alternative Fuels * Petroleum & Gas Industries The Connector will be composed of 3-minute presentations (“pitches”) from companies and researchers. Companies will present short overviews of their businesses and the research expertise they are seeking. Researchers will present their research interests and expertise and the potential application to industry. To register as a presenter: 1. Register on Eventbrite as either Industry (Presenter) or Researcher (Presenter). 2. Contact partner@unb.ca for the appropriate PPT template. NOTE: Presentations will not be accepted after Friday, November 20th, 2015. To register as an attendee: 1. Register on Eventbrite as General Attendee. Whether you are a company or a researcher, this event will be a valuable opportunity for introductions, conversations and intelligence gathering. Looking forward to seeing you there!

Mots clés

Putting firefly tails to work in water treatment (via the Telegraph Journal)

From The Mentra Blog admin le 10 novembre 2015

Ce contenu est seulement disponible en anglais.

ILLUMINATING WATER TREATMENT in the lab Martin Wightman Watch the video and read the full artciel at TelgraphJournal.com Fredericton’s LuminUltra Technologies Ltd. saw a gap in waste water treatment testing, and filled it by co-opting the ‍fireflys glow. Living things use a molecule called adenosine triphosphate – ATP – to store energy. It’s energy“cash”the organism can spend on whatever activity it needs to do. For a ‍firefly, bursts of light – a phenomenon called“bioluminescence”– are the best way to spend at least a portion of the ATP it generates and stores from the energy it gets from its food. The winged beetle’s blinking back end, which works to ward off predators and attract mates, requires a finely tuned chemical system. That chemical system is what LuminUltra has put to work. LuminUltra_TJ From tail to test tube  Jeremy Duguay is a senior account manager with LuminUltra. He’s primarily on the company’s sales and support side, but with a PhD from Queen’s in Kingston, Ont., he’s well-placed to explain how the science works.  “It’s the same thing as a ‍firefly tail. You see it light up at night – that is the ATP molecule reacting with the luciferase enzyme and the luciferin substrate,”says Duguay.  The molecules take their titles from Lucifer, whose name means“bringer of light,”or“morning star.”But for LuminUltra, it’s less about fallen angels, and more about finding microscopic bugs in water.  “We’ve taken that reaction out of the ‍firefly tail, put it into a test tube, essentially,”says Duguay.“Once you have the ATP extracted from your sample, you mix it with some very specific chemistries, with the luciferin and luciferase in there, then quantify the light in the luminometer – that’s the piece of equipment that we also manufacture. Once you have the amount of light, it’s directly proportional readout of how much biological activity there is in a sample.” It’s a relatively simple formula: Living cells use ATP, and if you can measure it   – in this case by using a luminometer to measure the light produced by the luciferase reaction, which relies on ATP – you can correlate the brightness of your test tube to the amount of living microbes in your sample. Unlike Lucifer, microbes are neither good nor bad by nature. For humans, however, microbiological activity can be anywhere from essential to devastatingly harmful. LuminUltra, which officially launched in 2003 and now employs about 30, first targeted customers who were looking to understand one“essential”role of microbes: as waste water cleanup crews. By measuring how much ATP you have in your water, you can find out whether the bugs are healthy.  “It all started with the first test, and the concept the company was designed for: monitoring the biomass in biological waste water treatment,”says Duguay. “That is a process that takes micro-organisms, utilizes them to break down waste and produces clean water on the back end of the plant. “The biomass is the most important part – the driving engine of that process. Yet there were very few tools people had available in that application to actually monitor and see what the biomass was doing. That void in the marketplace is what set about LuminUltra’s first technology to monitor and quantify that.” Healthy bugs aren’t always what you want The company quickly realized that measuring ATP in water samples had applications beyond waste water treatment – in the areas where microbes weren’t so welcome. The concept of an ATP test isn’t new, but LuminUltra has tuned it for specific applications. In a process such as distributing clean drinking water to a city, the microbes are the enemy. And to effectively combat the enemy, you need to act fast. “The tools that were available to monitor micro-organisms in those applications were traditional tools: things like a microscope and culture-based tests, which are gold standards and very good at what they do, they just take a fair bit of time and expertise.  “Particularly the time point is a big issue if you’re taking samples from a drinking water system and testing them for micro-organisms, and it takes two days or more to get results back. During that time, you could still have a problem there, but you don’t know about it till the results come back.” What the test kits lose in terms of identifying the specific type of micro-organism in a sample, they gain in speed and portability. Duguay says the kits fit in a briefcase, and give results in anywhere from three to seven minutes. He calls LuminUltra’s kits a “first line of defence.” Customers could include drinking water treatment plants and manufacturing interests – both spots where microbes can foul the final product. squishing ‍fireflies   Micro-organisms may be everywhere, and the ATP they create, spend, and recreate may also be ubiquitous, but what about the luciferase and luciferin – does every test require the squishing of five or 10 light-bringing beetles?   “They did have to have graduate students or poor undergrads going out, collecting and actually harvesting the enzyme from the ‍fireflies at the time, and purifying it,”says Duguay. “It’s commercially available now from recombinant technology.” Recombinant technology is a way of splicing DNA segments and using microbiological “factories” to mass-produce a desired substance. Duguay can honestly tell a customer that no ‍fire‍‍flies were harmed in the making of this test kit. The kit, in fact, has potential to prevent harm in the human context. “Go to a city like New York or Boston   – there’s a lot of pipes under the city. The water gets treated, gets pushed out under the city for people to drink. A lot can happen between the time it leaves the treatment plant and the time it comes to your tap. Being able to actually go out in the field, and test different locations, for water quality, very rapidly, is a huge advantage for a municipality that needs to take care of the water that people are consuming. If they spot a problem, they can take action right away.” Why new Brunswick? Duguay, a native of Sussex, is happy to put his microbiology know-how to work in his home province. The company, headquartered on King Street in downtown Fredericton, has customers spanning this continent and others.   “We’re excited about the opportunity to be back home,”he says.“The opportunities to talk about science in New Brunswick are few and far between. It’s nice to be able to talk about that now.”   Martin Wightman wightman.martin@brunswicknews.com Science and research columnist, and copy editor at Brunswick News. In the lab appears every other week in innovate

Mots clés

Rapport sur les femmes en biotechnologie et le marché du travail 2015

Salle de presse BioTalent Canada admin le 30 octobre 2015

Au-delà des frontières – L’Intégration et l’avancement des femmes en biotechnologie

Un rapport sur le marché du travail

Les femmes sont largement représentées dans le secteur canadien de la bioéconomie, mais leur nombre a chuté de 11,5 % depuis 2008, et la proportion des femmes qui occupent des postes d’encadrement et de direction demeure inférieure à 20 %.

D’autre part, avec plus de la moitié des entreprises canadiennes de biotechnologie qui déplorent des pénuries de main-d’œuvre, le secteur doit s’adapter en vue de recruter et de former du personnel compétent, notamment en puisant dans le vivier des travailleurs potentiels inutilisés ou sous-employés, dont les femmes font partie.

Le secteur de la biotechnologie ne peut réussir à exploiter pleinement son potentiel si les bassins de personnel compétent, comme celui des femmes, sont sous-utilisés.

Ce rapport, Au-delà des frontières, examine la situation actuelle en matière d’emploi des femmes dans le secteur de la bioéconomie, leur expérience professionnelle, ainsi que les possibilités de changement susceptibles d’ouvrir de nouvelles voies dont pourraient bénéficier les femmes et le secteur dans son ensemble.

Voir le rapport complet

Sommaire – Au-delà des frontières : les faits

http://www.biotalent.ca/fr/Au-del%C3%A0DesFrontiers#sthash.EPj1veEE.dpuf

 

Ce contenu est seulement disponible en anglais.

OTTAWA – A report released today by BioTalent Canada outlines the results of a national survey of women in the biotech sector and reveals the challenges they often face, including gender bias in pursuing careers in Canada’s Bio-economy.  The national survey and report formed part of BioTalent Canada’s project “Connecting and Advancing Women in the Bio-economy” funded in part by the federal department of Status of Women Canada.

BioTalent Canada will be presenting the key findings of the report: Moving Beyond the Boundaries: Connecting and Advancing Women in Biotechnology at each of three special events in Charlottetown, Toronto and Vancouver and during National Biotechnology Week, October 30 – November 6.

Emerging from the national survey are three key findings:

  • Women want to work in the bio-economy, and when they do, they are regarded as vital contributors to companies’ technological and business success.
  • Gender bias has a real and discernible negative effect on women in the bio-economy workforce.
  • Concrete steps can be taken by the sector to make it even more welcoming and supportive of women’s success.

Among the concrete steps listed in the national report that employers should consider in ensuring their workplaces continue to welcome women are the following:

  • Consideration of work/life balance issues, especially for young women.
  • Awareness of the existence of gender bias within the company.
  • Availability of a structured support network for women in the company.

In its labour market report for new graduates entering the biotechnology industry: Opening The Door, released earlier this year, BioTalent Canada’s compensation survey results indicated that the average annual salary for female participants in a national wage subsidy program was $6,728 less than male participants, demonstrating a potential gender-based salary gap.

“Clearly, the results of this survey and our other labour market reports indicate more work has to be done,” said Rob Henderson, President and CEO of BioTalent Canada.  “If biotech companies want to remain competitive and ensure they position themselves as employers of choice for women, who make significant contributions to innovation, then their attitudes and HR programs must evolve,” he said.

The national project undertaken by BioTalent Canada and funded in part by Status of Women Canada stemmed from a disturbing statistic within the organization’s 2013 labour market report: Sequencing the Data, which revealed that in 2013, 59% of the graduates of post-secondary biotechnology programs were women, but employment of women within the sector had fallen by 11% since 2008.

The report was also sponsored by:

BIOTECanada
PEI BioAlliance
LifeSciences BC
BioMedica Diagnostics

To view or download a copy of the full report

About BioTalent Canada
BioTalent Canada is the HR partner of Canada’s bio-economy. As an HR expert and national non-profit organization, BioTalent Canada focuses on building partnerships and skills for Canada’s bio-economy to ensure the industry has access to job-ready people. Through projects, research, and product development, BioTalent Canada connects employers with job seekers, delivers human resource information, and skills development tools so the industry can focus on strengthening Canada’s biotech business. For more information, please visit biotalent.ca.

Media inquiries:
Fiorella Jansen-Nicorescu
Marketing & Communications Manager
BioTalent Canada
613-235-1402 ext. 229
fnicorescu@biotalent.ca

– See more at: http://www.biotalent.ca/en/news/new-report-outlines-women%E2%80%99s-experiences-gender-bias-canada%E2%80%99s-biotechnology-sector#sthash.F3OFQBwr.dpuf

Mots clés

5 FAQs about The Mentra’s mentoring platform

From The Mentra Blog admin le 30 octobre 2015

Ce contenu est seulement disponible en anglais.

Read the post at thementra.com. MentraConnect is an online mentoring community built to connect  mentees/entrepreneurs with relevant subject matter experts and mentors.

  1. Who is it for?

Mentees/entrepreneurs looking to get connected to a mentor (i.e. professionals seeking expert guidance and advice).

  1. How does it work?

As soon as you subscribe, we invite you into the network. You’ll receive a log-in link right in your inbox. You’ll click on that link and be prompted to create your profile using your LinkedIn details.  Sign up is fast and easy so that you can start reaching out to a robust community of mentors as soon as possible. Check out this easy to read infographic to learn more.

  1. Who does the matching?

Unlike other programs, The Mentra is not in the matching business. MentraConnect is designed to empower you to reach out to the individuals with the expertise you need. The search and filter tools will allow you to easily identify a potential mentor. You’ll then be able to request a meeting through the platform. The network gives you immediate access to a pool of qualified mentors in your area who can help you reach your goals. It’s up to you to build up the courage to ask for help!

  1. How much does it cost?

Mentees pay a monthly fee of 9.99$, or 99$ per year.

  1. Who is using it?

MentraConnect mentors are from all over Atlantic Canada and bring with them a variety of expertise from various sectors. Check out these leading organizations who are also using the platform: Planet Hatch, Venn,BioNB, Pond Deshpande Centre… To find out more, go to: thementra.com

Mots clés

LES ENTREPRENEURS DÉCOUVRENT LEUR NICHE BIOTECHNOLOGIQUE LORS D’UNE CONFÉRENCE INTERNATIONALE

admin le 17 juillet 2015

Fredericton (Nouveau-Brunswick) 17 juillet 2015 – Vingt organisations, y compris cinq entreprises en biotechnologie du Canada atlantique et quatre établissements de recherche, participent au Congrès mondial BIO 2015 sur la biotechnologie industrielle à Montréal, grâce à un financement de l’APECA et des quatre gouvernements provinciaux de l’Atlantique. Le groupe reçoit un appui par l’entremise de l’Entente Canada – provinces de l’Atlantique sur la promotion du commerce extérieur (EPCE) et est coordonné par BioNB sous l’égide de l’Alliance des bioindustries du Canada atlantique.

La participation du groupe au Congrès mondial sur la biotechnologie industrielle facilite une présence régionale coordonnée à l’une des conférences annuelles les plus importantes sur la biotechnologie industrielle. « Cet événement est le moment idéal d’explorer des occasions que présentent la biomasse et les flux de déchets de notre région », affirme Meaghan Seagrave, directrice exécutive chez BioNB.

Lors de la conférence, BioNB coordonnera le déroulement des activités, fournissant un service de conciergerie aux participants du Canada atlantique, facilitant les rencontres de partenariat, offrant de l’espace de kiosque pour les affiches et les rencontres interentreprises. La conférence offre aussi l’occasion de réseauter et de former de nouveaux partenariats de recherche et d’affaires grâce à des événements commandités comme le petit déjeuner de réseautage du Canada atlantique et un événement en partenariat mettant en vedette les gestionnaires d’entreprises multinationales qui traiteront des occasions que représentent les chaînes d’approvisionnement stratégiques.

« Cette conférence est une initiative stratégique puisque plusieurs des occasions de la biotechnologie, des sciences de la vie et des technologies médicales dans notre région tirent leurs origines des biotechnologies industrielles et de nos ressources naturelles », ajoute Mme Seagrave.

En plus d’appuyer le Congrès mondial BIO, l’EPCE financera une mission entrante de biopartenariat pour un maximum de 26 entreprises bio du Canada atlantique. Au cours de la mission de biopartenariat entrante, les organisations de biosciences du Canada atlantique peuvent rencontrer d’autres entreprises internationales qui pourront les aider à développer de nouveaux produits, recruter des talents, et connaître les occasions de financement, d’exportation et de collaboration pour la recherche et le développement. Plusieurs des missions entrantes cette année tireront parti des activités de développement des affaires internationales ayant connu du succès au cours des dernières années, y compris la participation régionale au Congrès mondial BIO sur les biotechnologies industrielles à Montréal (Québec). BioNova coordonne le recrutement des missions entrantes de biopartenariat de l’Atlantique pour la prochaine année financière, sous l’égide de l’Alliance des bioindustries du Canada atlantique.

Le secteur des biosciences du Canada atlantique est composé de plus de 200 entreprises et de 30 établissements de recherche, passant d’opérations établies ayant une portée globale aux nouvelles entreprises en démarrage à la recherche de nouveaux marchés et d’expertise. Le secteur comprend tous les produits et services en sciences et technologies liés à la santé humaine, aux ressources naturelles et à certains segments de l’industrie de la santé animale. Les segments les plus importants de l’industrie sont les pharmaceutiques (y compris les vaccins), les dispositifs médicaux et les instruments de laboratoire, la technologie d’information sur la santé, les bioproduits, la bioénergie et les biocarburants, et les produits de santé naturels.

Faits en bref

Le Congrès mondial BIO sur les biotechnologies industrielles de l’an dernier a assemblé des participants représentant plus de 45 pays. Onze entreprises et chercheurs du Canada atlantique ont participé à l’événement de l’an dernier à Philadelphie, en Pennsylvanie. Cet événement est un outil important pour les entreprises et les chercheurs qui désirent des occasions commerciales et de recherche dans le domaine. Cet événement est une composante stratégique pour le Nouveau-Brunswick et la région pour le domaine des biosciences, comme démontré par le contingent de l’Atlantique et les organisations qui travaillent avec elles et les appuis.

Au cours de l’année financière 2014-2015, 18 missions entrantes en sciences de la vie ont été effectuées dans le cadre de du projet de biopartenariat de l’Atlantique financé par l’EPCE, produisant 92 activités d’exportation ou de développement de marchés.

Le Canada jouit d’activités de recherche et de fabrication à faible coût, se classant au second rang dans le G7 pour les essais cliniques et pour le rapport coût-efficacité pour la mise en place et l’exploitation d’établissements manufacturiers.

Au Canada, 44 pour cent des entreprises universitaires dérivées (des entreprises créées par les universités et leurs employés pour commercialiser leur propriété intellectuelle) se situent dans le domaine des biotechnologies et des sciences de la vie.

L’EPCE est une entente fédérale/provinciale entre le gouvernement du Canada (APECA, Affaires étrangères, Commerce et Développement Canada, et Industrie Canada) et les quatre gouvernements provinciaux du Canada atlantique et vise à aider les entreprises du Canada atlantique à pénétrer les marchés internationaux, à les explorer et à obtenir de bons résultats. L’EPCE est le volet principal d’un effort de la région de l’Atlantique pour stimuler le développement des relations économiques, attirer des investissements étrangers et favoriser la collaboration en matière de technologies.

 

Liens connexes

–          Congrès mondial BIO sur la biotechnologie industrielle

Participants au Congrès mondial BIO 2015 sur la biotechnologie industrielle

–          Agence de promotion économique du Canada atlantique

–          Conseil atlantique pour la bioénergie

–          BioEnergy Inc.

–          BioNB

–          BioNova

–          BIOPolynet

–          Centre précommercial de technologies en bioprocédés du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick

–          Complete Senergy Systems Inc.

–          Dalhousie University

–          Développement Innovation Saint-Quentin Inc. (DISQ)

–          Innovacorp

–          Conseil national de recherche du Canada

–          Conseil national de recherche du Canada – PARI

–          Département de l’Aquaculture et des Pêches du Nouveau-Brunswick

–          Nova Scotia Business Inc.

–          Opportunités Nouveau-Brunswick

–          Origin Xtractions Ltd.

–          PEI BioAlliance

–          Semintha Nutraceuticals

–          University of New Brunswick

 

À propos de BioNB

BioNB est l’autorité de confiance en matière de biosciences au Nouveau-Brunswick pour le gouvernement, l’industrie et les médias, traduisant et communiquant les occasions d’affaires qui se cachent sous la science dans un secteur hautement technique. BioNB bâti et améliore les entreprises nouvelles et existantes, appui le transfert technologique des établissements publics et du secteur privé, et travaille à bâtir une communauté et à améliorer les collaborations entre les intervenants du secteur.

English version

Mots clés

Les inscriptions sont ouvertes pour 2015 Conférence bioraffinerie Atlantique

27 au 29 mai , Edmundston , NB admin le 25 mai 2015

À propos de la Conférence du Canada atlantique sur le bioraffinage

La Conférence du Canada atlantique sur le bioraffinage entreprend sa quatrième année. Ce qui se voulait un petit événement du Canada atlantique sur les événements courants en matière de bioraffinage a grandi exponentiellement pour devenir une conférence de 100 + participants qui attire des conférenciers internationaux et engendre des partenariats stratégiques. La Conférence du Canada atlantique sur le bioraffinage est la conférence de choix sur le bioraffinage et la biotransformation au Canada atlantique et continue de grandir chaque année.Le thème de la Conférence, « Champs, Forêts et Océans » représente la variété de la biomasse qui est actuellement transformée grâce aux technologies de pointe d’innovateurs canadiens et de partout dans le monde. La région de l’Atlantique comprend des secteurs de ressources naturelles diversifiés qui sont en excellente position pour innover. La Conférence du Canada atlantique sur le bioraffinage est l’initiative phare de la région permettant d’engendrer des partenariats stratégiques entre l’industrie, la recherche et les décideurs.Cette année, la Conférence se tiendra à Edmundston, au Nouveau-Brunswick, au Collège Communautaire du Nouveau-Brunswick et au Centre de Congrès d’Edmundston. La foresterie est l’une des industries importantes d’Edmundston, qui possède plusieurs scieries et usines dans la région. Une part du programme de cette année portera donc sur les technologies et les innovations en foresterie.Cliquez ici pour le document d’une page officiel.

Mots clés

Une entreprise du Nouveau-Brunswick remporte un concours régional en sciences de la vie

admin le 24 avril 2015

Pour diffusion immédiate

 

(Halifax, N.-É. – 22 octobre 2014) – Ils ont inventé, présenté et conquis. NB-Biomatrix Inc. de Saint John, au Nouveau-Brunswick, a remporté le quatrième Défi BioInnovation à BioPort Atlantic 2014. NB-Biomatrix s’attaque au marché du traitement des eaux usées évalué à 90 milliards de dollars. Son filtre nanotechnologique liquide a été choisi comme l’investissement le plus attrayant par un panel de juges, surnommé le Conseil de la commercialisation, et par les conférenciers. Le Naqua-PureTM biodégradable de l’entreprise est en mesure de fixer de petites particules comme les contaminants de métaux lourds afin qu’ils puissent être retirés de l’environnement.

 

Dr Keith Brunt, directeur scientifique chez NB-Biomatrix Inc, a déclaré : « À titre de finaliste, la formation sur les présentations à elle seule justifiait notre participation au Défi BioInnovation, mais en remportant le concours je peux utiliser le prix me permettra d’embaucher des étudiants coop et de faire progresser nos affaires. »

 

NB-Biomatrix recevra un prix qui comprend une bourse de 15 000 $ en financement de démarrage et un ensemble de services-conseil d’une valeur de plus de 30 000 $, y compris des services fournis par Cox & Palmer, Jennifer Cameron PR, Marsh Canada Ltd, PricewaterhouseCoopers et Sandler Training. NB-Biomatrix se mesurait à Fenol Farm Inc, de Mount Uniacke et à Athletigen Technologies inc. de Halifax.

 

Avec des critères d’évaluation tels que la capacité d’adaptation, les impératifs du marché et la réceptivité des consommateurs, NB-Biomatrix a su se démarquer de ses compétiteurs en obtenant plus de points de la part des panélistes et des conférenciers.

 

« Nous avions une bonne cohorte cette année, un excellent panel de juges, et les trois finalistes ont effectué de magnifiques présentations, a dit Brian Lowe, président de BioNova. Les trois entreprises méritaient de remporter le concours, mais il ne peut y avoir qu’un seul gagnant et Bio-Matrix s’est démarqué. Je leur souhaite un avenir rempli de succès. »

 

Le Défi BioInnovation a été créé par BioNova, l’association des sciences de la vie de la Nouvelle-Écosse, et par plusieurs partenaires afin de faciliter la transition entre le laboratoire de recherche et le marché. Il s’agit de la deuxième année que les entreprises du Nouveau-Brunswick sont admissibles au concours, alors qu’il s’agit de la première année pour les entreprises de l’Île-du-Prince-Édouard. BioNova a conclu un partenariat avec ses organisations sœur, BioNB et PEI BioAlliance, afin d’ouvrir le concours à des participants de l’extérieur de la Nouvelle-Écosse.

 

« Ce prix apporte une reconnaissance à un domaine clé de la région de l’Atlantique, et c’est la preuve que le Nouveau-Brunswick ne donne pas sa place en matière d’innovation dans le domaine des sciences de la vie », explique Meaghan Seagrave, Directrice exécutive de BioNB.

 

Le Conseil de commercialisation :

 

Jeff Dawson, Chef du financement des entreprises chez PricewaterhouseCoopers, Halifax

 

Ross Finlay, Co-fondateur et directeur du First Angel Network, Halifax

 

Patrick Keefe, Build Ventures, Halifax

 

À propos de BioNB

 

BioNB est l’organisme de référence des biosciences du Nouveau-Brunswick pour le gouvernement, l’industrie et les médias, en traduisant et en communiquant les occasions d’affaires qui se cachent derrière la science dans un domaine hautement technique. BioNB bâtit et améliore les entreprises nouvelles et existantes, appuie le transfert technologique des institutions publiques et du secteur privé, et travaille à bâtir une communauté et à améliorer la collaboration entre les acteurs du milieu.

Meaghan Seagrave

Directrice exécutive

BioNB

mseagrave@bionb.org

506.444.2444

 

Jenny Keleher

Coordonnatrice du marketing

BioNB

jkeleher@bionb.org

506.444.4413

 

 

Mots clés

Le brassage de la bière : un art et une science

admin le 8 février 2015

Mike Doucette et l’équipe du Centre pré-commercial de technologies en bioprocédés (CPTB) comprennent l’importance de voir les deux côtés de la médaille pour obtenir la qualité, la subtilité et la constance que mérite notre breuvage alcoolisé préféré. Le CPTB offre des services de tests en laboratoire pour le brassage et la distillation qui répondent à un véritable besoin de l’industrie de la microbrasserie – non seulement au Nouveau-Brunswick mais partout au Canada. L’équipe peut effectuer l’analyse de l’huile de houblon, l’analyse des grains, des tests d’amertume et d’autres tests pour aider les producteurs de matière première et les brasseurs à mettre au point leurs procédés. Ils ont passé les dernières années à travailler avec des individus et des entreprises régionales et nationales, et sont à la recherche de nouveaux projets intéressants.

Le brassage de l’alcool remonte au 6e millénaire avant Jésus-Christ et est un aliment de base dans plusieurs cultures depuis ce temps. L’industrie brassicole est maintenant une grande industrie composée de plusieurs multinationales et de milliers de microbrasseries qui embrassent les saveurs et techniques régionales. Le Nouveau-Brunswick accueille plusieurs microbrasseries comme Picaroons Traditional Ales and Pump House Brewery, et Mike. Le CPTB est prêt à collaborer afin d’aider à bâtir une industrie brassicole prospère dans la province. (Photos: [haut] houblon à l’état brut [bas] houblon traité)

Le CPTB est situé dans les locaux du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick à Grand-Sault. Il appuie l’industrie de la biotechnologie du Nouveau-Brunswick en permettant aux chercheurs et aux entreprises de tester leurs produits ou leurs procédés sur une échelle quasi réelle, ce qui aide à valider leur technologie avec de débuter la production commerciale. « Il ne s’agit pas de science-éprouvette, explique Mike. Plusieurs des projets du CPTB ont été commercialisés, y compris dans le domaine du biocombustible, de la production et du brassage. »

Depuis son ouverture en 2010, les projets du CPTB sont axés sur la création de produits ayant une grande valeur industrielle à partir de biomasse forestière, agricole et marine, et même de flux de déchets. Environ un quart de la douzaine de leurs projets en cours est lié aux boissons alcooliques. Et cette proportion est grandissante, au grand bonheur de Mike.

Mike possède des antécédents en chimie et a déjà brassé de la bière dans ses temps libres. « Avec la bière, c’est une question de saveur et d’expérience, dit Mike. Les gens ne savent pas pourquoi une bière a un goût en particulier, mais moi je le sais! » Mike et ses collègues techniciens comprennent ce qui se produit à toutes les étapes du processus de brassage. De légères différences dans les niveaux d’oxygène, la température et la synchronisation ont un grand impact sur le produit final, et les brasseurs viennent au CPTB pour corriger leurs erreurs, découvrir de nouvelles saveurs, et obtenir une constance dans leurs produits.

Art ou science

Il existe un art au brassage de la bière qui implique le développement de son propre produit, basé sur le goût et l’expérience grâce à un processus d’essais et d’erreurs. Mais il y a aussi une science sophistiquée derrière chaque étape du processus, et le CPTB espère que les microbrasseries de la province seront d’accord. « Comprendre ce qui se passe nous permet de contrôler le processus et permet d’expérimenter, affirme Mike. En comprenant la science, nous n’avons plus peur de l’erreur. » Snob avoué de la bière, Mike est heureux que les Néo-Brunswickois s’ouvrent à l’idée du brassage artisanal. « À mesure que le Nouveau-Brunswick aiguisera son goût pour la bière, la demande pour nos services augmentera! »

Un trou en un culturel et économique

Le développement d’une industrie brassicole au Nouveau-Brunswick est sensé du point de vue économique. La rotation des cultures pour nos producteurs de pommes de terre veut que la moitié du temps ils fassent pousser de l’orge ou d’autres grains et les vendent pour presque rien afin de nourrir les animaux. Le climat du Nouveau-Brunswick produit une orge riche en protéines que les grandes malteries n’acceptent pas. Mike croit que ce grain pourrait être vendu aux micromalteries qui sont mieux équipées pour prendre un risque afin de créer de nouvelles caractéristiques de goût. L’orge locale, combiné au houblon néo-brunswickois et aux autres ingrédients, peut produire des saveurs de bière uniques. Mike espère ainsi établir un terroir unique pour la bière du Nouveau-Brunswick. (Photo : différentes variétés de grains utilisés pour le brassage)

Le monde de la bière est vaste et intéressant, riche des mêmes subtilités et variétés que le vin. Les bières aigres de l’Allemagne (Berliner Weisse) gagnent présentement en popularité, les Belges ont leurs bières lambics fruitées, les États-Unis ont leurs bières blondes extrêmes, et le Nouveau-Brunswick a toutes les raisons du monde d’élaborer sa propre saveur régionale et son caractère.

Le CPTB est au centre d’un mouvement grandissant et a travaillé avec les gouvernements, d’autres établissements publics de recherche et des producteurs privés pour entreprendre des projets permettant d’innover pour la province tout entière.

Brassage 101

En novembre dernier, le CPTB (en partenariat avec CCNB et BioNB) a organisé le premier atelier sur la technologie du brassage. L’événement a encouragé l’entrepreneuriat en enseignant aux parties intéressées les techniques et les demandes d’affaires pour l’opération d’une nano- ou micro-brasserie au Nouveau-Brunswick. Les présentateurs comprennent Patrice Godin d’Acadie Broue, Sean Dunbar de Picaroons, et Mike Doucette lui-même. Les participants sont des gens qui font déjà partie de l’industrie de l’alimentation et du breuvage à petite échelle, ainsi que ceux qui sont intéressés à s’engager dans une nouvelle avenue. Communiquez avec BioNB pour avoir accès au matériel d’apprentissage de cette séance.

(Photo: Mike Doucette démontre le brassage de façon pratique lors de l’atelier de Brassage 101 en novembre 2013)

Que réserve l’avenir?

Le CPTB travaille sur plusieurs projets qui demandent à l’équipe de développer de nouvelles habiletés et techniques. Un des projets exige l’apprentissage de la culture de la levure. Ils tenteront d’isoler une levure sauvage qui leur permettra de produire une saveur régionale unique. « J’ai accepté ce rôle en ayant une certaine expérience et des connaissances, mais il m’en reste toujours plus à apprendre. »

Le CPTB peut toujours prendre de l’expansion, et il cherche des projets en partenariat avec des producteurs de matière première et des brasseries. Il existe des frais associés avec leurs services, mais l’équipe cherche activement du financement pour chaque projet afin de diminuer les frais exigés des clients privés.

Mike Doucette et le reste de l’équipe du CPTB œuvrent au cœur de l’industrie de la biotechnologie du Nouveau-Brunswick. Ils ont collaboré à des douzaines de projets novateurs au cours des quatre dernières années et ont acquis une réputation pour leur esprit d’innovation et la qualité de leur travail. Ils possèdent une approche pratique à l’innovation nécessaire pour la province, et il est temps de le remarquer.

Contact:

Josée Landry MSc.

Chef des opérations/Chercheure

Centre précommercial de technologies en bioprocédés et Centre de conservation des sols et de l’eau de l’est du Canada

Téléphone : 506-475-2424

Mobile : 506-479-6249

Télécopieur : 506-475-4030

josee.landry@ccnb.ca

Mots clés